L’Union nationale
des industries de carrières
et matériaux de construction
RECHERCHER
Bookmark and Share

Connaissances

Un vaste programme d’études pour concilier carrières et environnement

                           
                           

Entre 1975 et 1988, une soixantaine d’études portant sur les impacts de l’exploitation des carrières ont été réalisées grâce aux fonds de la taxe parafiscale sur les granulats. Une bonne partie d’entre elles concernaient l’eau de nappe.

 

Fleur 
 
 
Après 1992, une centaine d’études ont été effectuées en un peu plus de 10 ans, sur un financement spécifique mis en place par la profession à cette fin. Le programme d’études s’est organisé autour de 4 thèmes principaux :
 
•     le réaménagement des carrières.

•     la biodiversité et le paysage ;

•     les bonnes pratiques industrielles : bruit, vibration, poussière, eaux de procédé ;

•     l’eau : eaux souterraines, eaux superficielles, aspects hydrauliques ;

 
La majorité de ces travaux ont été menés en partenariat avec des organismes reconnus tels que le BRGM (Bureau de recherche géologique et minière), le Cemagref (l’institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement, le CNRS (Centre national de la recherche scientifique, le Muséum national d'histoire naturelle, le Laboratoire des ponts et chaussées, l'INERIS (Institut national de l’environnement industriel et des risques) et plusieurs universités.
 
Une présentation synthétique du programme d’études environnementales est proposée en téléchargement ci-dessous (il s’agit du texte d’un exposé présenté par le service environnement de l’UNICEM au Congrès de l’industrie minérale en 2006).
 
 
Les études en cours
 
 
 

 
Une bonne partie des travaux de recherche actuels du pôle environnement de l’UNICEM concernent la biodiversité.
 
Les études menées jusqu’à présent ont porté sur la connaissance des écosystèmes : il s’agissait d’obtenir une photographie des habitats et des espèces à un instant donné à travers des inventaires et des expertises.
 
Les travaux actuels ou projetés visent la connaissance du fonctionnement des écosystèmes ; on parle alors de « fonctions écologiques » (création d’habitats propices à des espèces menacées, dénitrification des eaux,…).
 
En complément, l’évaluation des services rendus associés à ces fonctions écologiques est devenue une nécessité. Ces services rendus sont multiples : amélioration de la qualité de l’eau, régulation des eaux, recréation de sols agricoles…. et ce chantier est d’autant plus complexe.
 
Par ailleurs, l’effet des carrières sur la fragmentation et la connectivité des milieux naturels fait actuellement l’objet d’un travail de recherche en partenariat avec AgroParisTech.
 
A l’heure où se prépare la mise en place de la trame verte et bleue, cette étude devrait apporter des éclairages importants. Ses résultats permettront en effet aux professionnels d’identifier et de faire valoir la place spécifique que peuvent jouer les carrières dans ce nouvel outil d’aménagement du territoire qu’est la trame verte et bleue.
 
 
 
Les études déjà réalisées
 
Le catalogue publié en 2006 présente une centaine d’études environnementales réalisées après 1992.
 
Voici une brève présentation des recherches qui ont été menées dans 4 domaines :
 
réaménagement,
nature (biodiversité) et paysage,
impacts industriels,
eau.
 
 
Réaménagement (12 études)
Les études réalisées dans le domaine du réaménagement ont permis d’identifier les principes généraux qui doivent guider tout réaménagement. Les études menées sur les différents modes de réaménagement (création de milieux d'intérêt écologique, notamment de zones humides, reboisement, remise en état à des fins agricoles, réalisation de bases de loisirs, d'étangs de pêche…) permettent en outre à l'exploitant de connaître les techniques les plus appropriées à mettre en œuvre.
 
  
Nature (biodiversité) et paysage (34 études)
La présence d'une carrière peut entraîner une modification du milieu, notamment dans sa composante écologique.
 
Dans ce domaine, les premières réflexions des exploitants se sont focalisées sur les carrières alluvionnaires. En effet, ils avaient constaté que les sites d'extraction de roches meubles devenaient parfois, en fin d'exploitation, des zones humides particulièrement riches sur le plan de la faune et de la flore.
 
La raréfaction et la dégradation générale des zones humides en France a donc conduit les exploitants à identifier avec précision les richesses écologiques de ces anciennes carrières.
 
Dans ce but, des expertises écologiques ont été conduites sur 17 sites. Les professionnels disposent à présent d'un savoir-faire qui leur permet de recréer des zones humides qui contribuent au développement de la biodiversité.
 
Ces travaux sont actuellement complétés par des études concernant les potentialités écologiques des carrières de roches massives (calcaires et éruptives) : analyse bibliographique et inventaires écologiques. Comme cela a été réalisé pour les carrières de roches meubles, un guide de réaménagement écologique est en cours de rédaction.
 
Les études se sont également intéressées aux techniques permettant de concilier exploitation et préservation du milieu naturel.
 
 
Impacts industriels (23 études)
Comme toute activité industrielle, l'exploitation d'une carrière peut engendrer des impacts sur l'environnement. Les exploitants doivent faire face à des problématiques variées : de l'émission de poussières et de bruit, à la gestion des eaux de procédé issues du lavage des granulats, en passant par le drainage acide observé sur certains sites de roches massives.
 
Des études ont été menées pour connaître avec précision ces phénomènes, les quantifier, puis identifier les solutions techniques à mettre en œuvre au moment de la conception des installations et durant l'exploitation.
 
Cette acquisition de connaissances, menée conjointement avec des organismes experts dans ces domaines, a débouché sur la publication d'études scientifiques et de guides pratiques à l'intention des exploitants.
 
 
Eau (33 études)
Chaque territoire renferme ses propres ressources en eau, qu'elles soient souterraines (nappe phréatique) ou superficielles (rivières, plans d'eau). Des échanges et des interactions se produisent entre ces masses d'eau à l'échelle d'un bassin hydrographique. Localisée dans cet environnement, la carrière va naturellement interférer avec ce milieu.
 
L'exploitation des granulats peut avoir des impacts qualitatifs et quantitatifs sur la ressource en eau.
L'évolution de la réglementation relative à la protection de l'eau a suscité de nombreuses interrogations scientifiques, auxquelles les professionnels des carrières ont souhaité donner des réponses. Une série d'études a été entreprise dans ce sens.
 
Ces travaux ont permis notamment d'identifier la contribution des carrières dans la régulation du régime des cours d'eau (crues, étiage), de mesurer les incidences de l'exploitation sur les nappes souterraines, et d'identifier l'évolution de la qualité biologique des plans d'eau issus de carrières.
 
Les études menées dans le domaine de l’eau se classent en trois catégories :
 
• Hydraulique,
• Qualité des eaux souterraines et hydrogéologie,
• Qualité des eaux superficielles et eutrophisation.
 
 
Pour se procurer une étude :
 
Si vous n’êtes pas adhérent, envoyez votre bon de commande accompagné de votre règlement au service Environnement de l’UNICEM. Une participation aux frais de 35 € TTC par étude (frais de port inclus) est demandée, sauf pour les plaquettes qui sont diffusées gracieusement.
 
En cliquant sur ce lien, vous ouvrez une nouvelle fenêtre et accédez à un autre site

Mot de passe perdu ?

Pour activer le processus de récupération de votre mot de passe, identifiez-vous en entrant

votre adresse email :

Vous recevrez par mail à cette adresse votre mot de passe dans quelques minutes.

* si vous souhaitez saisir plusieurs adresses, séparez les avec une virgule.